Le Suprême NTM, Marvin Gaye, Dipset et son sample, Medine et son fils, Ice Cube et ses errements, Aya Nakamura et ses préférences, Alicia Keys, XXXTentacion …. 20 Titres. 20 Commentaires. Sit Back, Relax.

  • NTM Le Monde De Demain  Lors du premier confinement nous avions droits dans les éditos à des réflexions sur « le monde de demain », un « autre rapport au monde », un « reboot », un « nouveau départ » etc. Résultat ? Six mois plus tard, c’est encore pire et on regrette amèrement « le monde d’hier ». Bref. Tout a été dit sur Bruno et Didier, l’incandescent duo du 9.3 et très peu sur Franck Loyer alias DJ Concepteur Détonateur « S » qui a déniché et mis en boucle ce sample de Marvin Gaye. Où qu’il soit : R.E.S.P.E.C.T.
  • T Stands For Trouble  Marvin Gaye 1972, Marvin Gaye est auréolé du succès de son album What’s Goin’ On sorti un an plus tôt. Il a seulement 33 ans et va écrire et composer la bande originale et le score d’un film de blaxploitation. La classe.
  • Who’s The Mack Ice Cube En 1990, Ice Cube a également utilisé ce sample de Marvin Gaye. ça c’est fait. Parlons de choses sérieuses : que penser du récent positionnement d’ Ice Cube durant la dernière campagne américaine ? Au moins, Cube a pris position. Normal, me direz-vous. Sauf que certains de vos rappeurs favoris sont restés très discrets. Pourquoi ? Parce que face à l’infernal Donald, Joe Biden n’est qu’un moindre mal mais pas un « premier choix ». Ice Cube explique avoir été en contact avec les deux partis pour faire valoir son Contract With Black America (CWBA), une série de propositions pour lutter contre le racisme aux États-Unis. Il affirme que seuls les Républicains se sont montrés « intéressés ». Soit. Le principe de l’idée est bonne mais pourquoi Ice Cube estime-t-il que son statut de rappeur (parmi les 10 meilleurs selon moi) le qualifie pour présenter un projet représentant les Noirs des Etats-Unis ? Et surtout à quel moment a-t-il cru que Donald allait tenir parole ? Ask yourself : who’s the mack ?
  • The Bridge Is Over Boogie Down Production. Avant 2 Pac Vs Biggie, Nas vs Jay, Gucci vs Jeezy, Drake vs Meek, la battle des battles s’est tenu en 1987 : Boogie Down Production de KRS One du Bronx vs le Juice Crew de Marley Marl et Mr Magic de Queensbridge. Ce qui me marque le plus c’est que KRS One choisisse de prendre un accent jamaïcain.
  • Stalag 17 Ansel Collins : Je trouve que je ne mets pas assez de reggae dans mes playlists. Quoi de mieux que ce classique des classiques ? Ce riddim qui date des années 70 a été évidemment repris par quantité d’artistes de dancehall (Bam Bam de Sista Nancy…) et de Hip-Hop.
  • Bam Jay-Z x Damian Marley : 4:44, sorti il y a trois ans est un album solide. Jay explore des sujets « adultes » (le mariage, le couple, le statut des Noirs aux US, la responsabilité de parents…) sur des musiques inspirées de No ID. Il n’y a que sur ce titre que Hov’ s’autorise un petit egotrip et rappelle son statut d’ancien « hustler » de Marcy Projects.
  • Hot Gyal XXXTentacion, Tory Lanez, Mavado Un artiste mort, un autre « cancelled » et Mavado. Le line up est étrange, je vous l’accorde, mais le résultat est plus que satisfaisant.
  • Préféré Aya Nakamura X Oboy : Excellent morceau de zouk. Oui, ce que les cancres appellent « pop urbaine » (un fourre tout pour désigner la musique des Noirs et Arabes qui ne rappent pas).ou « zumba » sont des chansons avec des rythmiques ou influences qui ont des noms. Rumba congolaise, reggaeton, coupé décalé ivoirien, kompa haïtienne et dans ce cas un zouk. D’ailleurs Aya dans son dernier projet a même repris un « zouk underground » : Sentiments grandissants. En, 2021 portons nos masques, bannissons le terme « pop urbaine » et s’il vous plaît nommons correctement les choses.
  • One In A Milion Sanchez Le chanteur Kevin Anthony Jackson alias Sanchez et le compositeur Donovan Germain peuvent remercier Madame et Monsieur Green les parents de Gregory Green alias Rsonist des Heatmakerz. Il raconte dans une interview qu’il est tombé par hasard sur le disque de Sanchez dans la collection de ses parents…
  • Dipset Anthem The Diplomats Rsonist a emprunté les toutes premières secondes de la chanson de Sanchez pour en faire, n’ayons pas peur des mots, un classique. L’autre ingrédient ? Evidemment les deux couplets de Juelz Santana. A l’époque seulement âgé de 21 ans, le padawan de Cam’ron crachait du feu et brûlait tout les titres sur lesquels il posait. Le panache, l’aisance, le flow, les images et les références fortes comme le refrain inspiré de My Mind Playing Tricks On Me des Geto Boys… Juelz avait tout d’un futur grand.
  • Memory Justice Taylor McFerrin Taylor Mc Ferrin fils du grand Bobby McFerrin (vous connaissez au moins Don’t Worry Be Happy) est musicien depuis 20 ans. Il n’est sorti de l’ombre qu’en 2010, grâce à un EP de trois morceaux distribué gratuitement sur la Toile. L’année dernière, Taylor s’est enfin mis devant le micro pour accompagner son electro-funk « futuristique ».  
  • Both Ways  Jay Diggs. Le mois dernier l’ancien vice-président américain Mike Pence et Kamala Harris, s’affrontaient lors d’un débat télévisé. Rapidement les commentaires sur les réseaux sociaux se sont concentrés sur un détail insolite: une mouche posée pendant deux longues minutes sur la chevelure blanche de Mike Pence. Cela a inspiré le jeune musicien Jay Diggs qui lendemain a posté la chanson « You’ve Got A Fly On You » ! Cette parodie était la version de Both Ways. Regardez le clip ICI
  •  Phony Ppl X Meg Thee Stallion  Phony Ppl Ce titre n’est pas sorti en 1984 mais bien cette année. Même le featuring de Meg Thee Stallion est vintage !
  • X 21 Savage X Metro Boomin ft Future. En 2016 les deux atliens s’étaient déjà associés pour nous offrir un projet complet. Ils ont pris leur temps et le résultat en fait un candidat pour l’album de l’année.
  • Onna Come Up Lil Eazzyy   Aucun rapport avec le fils du légendaire Eazy-E, Lil Eazy. Lui a 18 ans, vient de Chicago et « spit these bars » comme disait à l’époque Drag-on. Deux minutes de rap, sans effets, sans refrains. ça fait du bien.
  • Moonwalking In Calabasas   DDG X Blueface  Darryl Dwayne Granberry alias DDG a 23 ans. En 2013, le jeune homme originaire du Michigan était déjà une « star » de Youtube (avec plus de 1,5 millions abonnés) grâce à des vidéos humoristiques. Depuis trois ans DDG s’attaque au rap et cela fonctionne plutôt bien. Ce titre (accompagné du clip très explicite) consacre Darryl comme une « jeune » star de la nouvelle école. Ce n’est clairement pas le nouveau Rakim mais le petit tient quelque chose.
  • Barbapapa  Medine L’évolution (ou le renouvellement ?) de Medine est exceptionnelle. Malgré plus de 20 ans de rap, l’année dernière le normand nous a livré le meilleur refrain de Booba. En 2020, Medine va plus loin en posant sur cette prod dansante accompagné d’un couplet de son fils Massoud. Notez que l’enfant (qui a dû être aidé mais quand même) rappe beaucoup mieux que certains dont c’est le métier.
  • Feel The Girl Ms Jade Quel est mon point commun avec Wale ? Cet été le rappeur de Washington DC a tweeté “Feel the girl” by Ms Jade produced by Timbaland … one of my favorite songs ever … Tout pareil ! La prod de Timbo (sur une base de beatbox !) est d’une efficacité redoutable. Malheureusement Ms Jade et son flow d’une souplesse incroyable ont disparu de la circulation. Please, replongez-vous dans son premier album, produit à 80% par Timbo avec des entre autres des feats de Jay-Z et une des premières apparitions de Nelly Furtado dans le rap américain.
  • Jealous Fireboy DML  Ce titre est sorti en 2018 ! Je ne l’ai découvert que cet été. Adedamola Adefolahan alias Fireboy est signé chez YBNL le label d’Olamide. Son style ? Il parle d’ ‘ »Afro Life » qui serait « a movement, a state of mind. » Bon…Ce qui me plaît (et à travers lui toute la nouvelle scène nigériane) c’est la manière dont il s’approprie la langue anglaise pour lui donner une nouvelle saveur : la sienne.
  • Time Machine Alicia Keys La reine Alicia serait-elle enfin de retour ? Selon moi, la fin de sa collaboration avec son binôme Kerry Brothers (en 2009 sur l’album The Element of Freedom) l’avait entraîné dans des recherches musicales hasardeuses et l’avait éloigné des sommets des charts. Ce septième album avec ce single produit par Rob Knox la remet dans la bonne direction.

Un commentaire

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s